Sous pression: Réduire le stress dans l'usine

2022-07-12 4 min read

Selon le Bureau des statistiques du travail des États-Unis, l'industrie manufacturière a connu la deuxième plus forte augmentation des taux de démission en 2021, en hausse de 1,2 % depuis 2020. Ce taux de démission accru est le deuxième après celui du secteur des loisirs et de l'hôtellerie.

Bien que tous les secteurs ne subissent pas les effets de la grande démission, les statistiques montrent que les employés les moins payés sont les premiers exposés, en particulier dans le secteur manufacturier. Dans le secteur de la fabrication, les personnes travaillant sur des biens non durables à bas prix ont enregistré le taux de démission le plus élevé.

L'industrie manufacturière n'est pas connue pour son taux de roulement élevé, alors qu'est-ce qui a changé et comment les employeurs peuvent-ils résoudre ces problèmes ?

Au point de rupture 

De nombreux facteurs peuvent contribuer à la démission d'un employé, mais il existe des facteurs de stress courants dans l'industrie qui, s'ils sont traités, pourraient réduire le taux de démission. Dans le cadre de tâches physiques à un rythme rapide telles que certaines tâches de fabrication en usine, il n'est pas surprenant que les contraintes élevées exercées sur le corps et l'esprit des employés soient l'une des parties les plus stressantes du travail. Avec les importants quotas de production, les employés se sentent souvent submergés, ce qui peut entraîner un stress excessif et, dans certains cas, l'épuisement. 

Le burnout est un état d'épuisement émotionnel et physique causé par une exposition constante à un stress continu pendant une période prolongée. Selon l'American Psychological Association, le stress sur le lieu de travail coûte à l'économie américaine plus de 500 milliards de dollars chaque année et 550 millions de journées de travail sont perdues en raison du stress au travail. 

De nombreux rapports suggèrent que les causes de l'épuisement et des taux de démission touchent des employés qui ne se sentent pas valorisés et qui accomplissent un travail ennuyeux et monotone. Une augmentation des salaires seule ne peut pas résoudre ce problème. Pour les emplois de fabrication les moins rémunérés, les fabricants doivent chercher à augmenter le salaire de leurs employés, mais ils doivent également stimuler leur engagement. 

L'industrie 4.0 numérise la fabrication, ce qui peut aider les employeurs à réduire les taux de roulement. En automatisant une tâche répétitive et peu motivante, comme l'utilisation de systèmes de vision industrielle pour les contrôles qualité plutôt que l'emploi d'inspecteurs humains, les employeurs peuvent libérer le temps des employés pour un travail plus motivant et réduire le stress.

Attention portée à la sécurité

Un autre type courant de stress sur le lieu de travail dans la fabrication est un environnement de travail dangereux. Une usine n'est pas un lieu de travail facile et nécessite souvent des efforts physiques intenses. La mise en œuvre de technologies numériques, telles que les exosquelettes et les robots palettiseurs, peut contribuer à réduire les accidents. Par conséquent, réduire le temps d'arrêt pour blessures, tout en réduisant les coûts de maintenance. 

Il existe bien sûr de nombreux facteurs de stress auxquels les employés du secteur manufacturier sont confrontés, mais les problèmes tels que le travail monotone et les questions de sécurité sont autant de problèmes que les employeurs peuvent et doivent chercher à résoudre. La mise en œuvre de technologies pour réduire la pression exercée sur les employés est bénéfique non seulement pour les travailleurs, mais aussi pour l'entreprise. Un environnement de travail meilleur et plus stimulant peut augmenter la productivité. Selon une récente étude de Manufacturing, la productivité des employés motivés est 70 % plus élevée que celle des travailleurs démotivés. Cette étude a également révélé que les employés motivés présentaient de meilleurs résultats en matière de sécurité, des taux de roulement plus faibles et une plus grande rentabilité.

En minimisant l'impact des facteurs de stress les plus courants dans le secteur de la fabrication, les fabricants peuvent optimiser la productivité de l'entreprise. Avec toutes les perturbations auxquelles le secteur manufacturier peut être confronté, il est temps pour les employeurs de prendre le contrôle des perturbations gérables, telles que l'épuisement des travailleurs et les blessures.

Share