Le toucher humain

2019-10-23 3 min read

Un robot peut-il avoir des sensations ? Certains robots sont programmés pour exprimer des émotions, qu'il s'agisse d'assistants en ligne de type chatbots dotés d'une intelligence artificielle (IA) ou de Sophia, un robot social humanoïde capable de donner des réponses émotionnelles dans une conversation. Ces robots sont peut-être capables de simuler des émotions, mais seront-ils un jour capables de faire appel à des sens comme le toucher ?

De plus en plus d'industries commencent à investir dans l'automatisation pour améliorer la productivité tout au long de la chaîne d'approvisionnement.  Les robots sont souvent introduits sur une chaîne de montage pour effectuer des tâches qui requièrent précision, répétabilité et vitesse, ce que les humains ne peuvent pas atteindre avec le même niveau. Ces grands robots industriels peuvent également exécuter les opérations rébarbatives, sales et dangereuses afin que les opérateurs humains puissent se concentrer sur d'autres tâches.

Les fabricants peuvent investir dans des robots pour effectuer ces tâches plus difficiles à un rythme plus rapide. Cependant, il y a encore des tâches sur la chaîne de montage qui exigent la dextérité et le toucher d'un humain, particulièrement au sein de l'entrepôt. Les robots collaboratifs sont devenus très populaires au cours des dix dernières années car ils peuvent être placés n'importe où dans l'installation pour aider les humains dans leur travail sans les mettre en danger.  Bien que ce domaine de la robotique soit plus précis et plus souple qu'un robot industriel, ce n'est pas encore la meilleure façon de manipuler des objets fragiles.

Sentir la fragilité des produits

Les articles fragiles manipulés dans les installations de commerce électronique, comme les produits d'épicerie ou les bouteilles en verre, doivent être manipulés avec soin pour que le consommateur reçoive le produit en bon état. Les humains accomplissent souvent ces tâches parce qu'ils peuvent adapter leurs mouvements et comprendre la force à appliquer à chaque produit. Par exemple, la manipulation d'un œuf est différente de celle d'un paquet alimentaire.

Traditionnellement, les robots utilisés pour les applications délicates de « pick and place » (saisie et pose des pièces) sont équipés de pinces en silicone qui peuvent saisir ou pincer l'objet et le manipuler sans l'abîmer. Ils combinent souvent des caméras et des capteurs et sont programmés pour manipuler un produit spécifique, ce qui nécessite une reprogrammation si le produit change.

Si les entreprises veulent répondre à la demande croissante des consommateurs, elles doivent examiner comment les progrès de la robotique peuvent améliorer la productivité dans les applications de « pick and place » fragiles.

Faites la connaissance de Hank

Cambridge Consultants, une société internationale de conseil en développement de produits et en technologies, a mis au point un robot capable d'imiter le toucher humain. Hank utilise des capteurs et des pinces souples contrôlés par des flux d'air. Chaque doigt est contrôlé individuellement et réagit aux capteurs tactiles. Les doigts localiseront l'objet, ajusteront leur position et se refermeront autour d'un objet jusqu'à ce qu'ils « sentent » le produit et le saisissent.

Les sens humains de Hank lui permettent de saisir des objets petits, irréguliers et délicats sans avoir à le reprogrammer. Hank peut également appliquer une force accrue s'il détecte un glissement, ce qui réduit le risque de casse.

Seconde peau

La start-up high-tech Wootzano a développé une peau électronique pour conférer aux robots un sens du toucher. Wootzkin possède des capacités de détection piézoélectrique et piézorésistive qui lui permettent de mesurer la force et la pression et est également intégrée à des capteurs de température. Cela donnera au robot un retour d'information sur la force, la température, la pression et l'humidité afin qu'il puisse apprendre à manipuler les produits comme le ferait un humain.

Un robot ne sera peut-être jamais capable de ressentir la même chose qu'un humain, mais cela ne l'empêche pas d'accomplir des tâches qui exigent un toucher humain. Les nouveaux progrès de la robotique, tels que Hank et Wootzkin, permettent aux fabricants d'améliorer la dextérité sur les chaînes de montage et les entrepôts automatisés sans compromettre la productivité.

Share