EU Automation

Interview

1 min de lecture

Benjamin Waters
Souvent, la recharge constitue un goulot d'étranglement, mais l'utilisation de nos technologies permet aux entreprises d'augmenter leur flotte sans problème de recharge.
Benjamin WatersWiBotic

Pourriez-vous me présenter la société WiBotic et la manière dont elle a été créée ?

Waters... La technologie WiBotic a été développée au cours de plus de huit années de recherche par ses deux cofondateurs, Joshua Smith et moi-même, à l'Université de Washington à Seattle. J'ai fait une thèse en génie électrique et ma recherche s'est concentrée sur la recharge sans fil. Au laboratoire, nous travaillions sur l'alimentation sans fil des dispositifs médicaux implantés - cette technologie a été conçue, en particulier, pour les dispositifs d'assistance ventriculaire et permet aux patients d'alimenter les appareils sans câble d'alimentation transcutané. J'ai adoré travailler sur des applications qui exigent une technologie d'alimentation sans fil.

L'industrie de la robotique a été très emballée par notre technologie lorsque nous avons envisagé sa commercialisation. Des entreprises sont venues nous voir et nous ont fait part de la nécessité de trouver un moyen plus fiable de recharger les robots mobiles, les systèmes par contact étant susceptibles de tomber en panne. J'ai obtenu mon diplôme en mai 2015 et la semaine qui a suivi notre première levée de fonds,  l'entreprise était créée et opérationnelle.

Quels sont les principaux produits et services de WiBotic ?

Waters... WiBotic vend du matériel et des logiciels. Le matériel se compose de deux parties : un émetteur qui peut être déployé dans l'ensemble d'une installation et un récepteur qui se fixe au robot. Le récepteur peut convertir l'alimentation sans fil entrante en tension continue et fonctionne comme un chargeur de batterie entièrement programmable. Le système WiBotic est compatible avec tout type de batterie, ce qui signifie qu'il peut charger différents types de robots de différentes entreprises, l'utilisateur n'a qu'à le régler par programmation à la bonne tension.

Le logiciel est extrêmement important. Lors du chargement d'un téléphone mobile sans fil, l'utilisateur peut ajuster la position du téléphone jusqu'à ce qu'elle soit parfaite. Cependant, un système autonome n'offre pas cette possibilité, c'est pourquoi nous avons conçu un logiciel qui garantit que le robot peut piloter de manière fiable une alimentation sans fil sur une portée suffisante.

De plus, le logiciel permet d'optimiser le temps de disponibilité de la flotte. Un entrepôt de 100 robots peut n'avoir que 50 émetteurs, mais comme l'API informe les robots de l'emplacement des émetteurs, de leur proximité et de leur disponibilité, le temps de fonctionnement de la flotte peut être géré. L'API logicielle communique avec le robot et l'émetteur, ce qui permet d'optimiser la gestion énergétique de la flotte.

Quel est le plus grand défi que WiBotic est parvenue à surmonter ?

Waters... Assurer la fiabilité du système a toujours été et continue d'être une priorité absolue pour nous. J'ai fait de la recherche, ce qui m'a amené à faire fonctionner un appareil de démonstration dans un environnement confiné. Cela a demandé un temps d'apprentissage énorme que de faire passer le produit d'une étape de recherche à un stade de fonctionnement dans tous les environnements. Certains facteurs compliquent le chargement sans fil - la proximité d'autres objets métalliques, les interférences avec d'autres appareils - et nous nous efforçons d'obtenir une fiabilité élevée, en nous attaquant de manière proactive aux cas limites qui apparaissent.

Issu d'une formation d'ingénieur, j'ai également dû faire face à une longue phase d'apprentissage concernant l'aspect commercial. J'ai dû apprendre à prendre du recul et à envisager la situation dans son ensemble, y compris la levée de fonds, la stimulation des ventes et le leadership. J'ai travaillé en étroite collaboration avec des conseillers pour me guider dans ce processus.

Quelle est la principale innovation que vous apportez au marché ?

Waters... Notre technologie de base permet une recharge sans fil plus flexible qu'un système traditionnel. Par exemple, le chargement sans fil pour les téléphones mobiles nécessite que le téléphone se trouve à environ 1 cm de l'émetteur. Il serait difficile pour un robot de s'approcher aussi près du récepteur avec autant de précision et de constance. Grâce à notre technologie, le robot a seulement besoin d'être à environ 10 cm de l'émetteur pour recevoir la totalité de la charge. Il n'a pas besoin d'être parfaitement positionné.

Nous optimisons également la logistique des flottes chargées. Souvent, la recharge constitue un goulot d'étranglement, mais l'utilisation de nos technologies permet aux entreprises d'augmenter leur flotte sans problème de recharge.

Comment le produit fait-il le lien avec l'usage croissant de l'automatisation ?

Waters... WiBotic se concentre sur trois domaines : les systèmes qui exigent de la fiabilité, les flottes alimentées par batterie et les systèmes qui ont un grand besoin d'automatisation. Les installations d'automatisation industrielle disposent souvent d'un grand nombre de capteurs qui doivent être chargés, surveillés et entretenus. Si l'un d'eux tombe en panne, cela peut entraîner des temps d'arrêt pour l'entreprise.

Alors que la transmission de données à partir de capteurs fonctionne sans fil depuis un certain temps, grâce au Wi-Fi, il en va tout autrement de l'alimentation. Historiquement, les capteurs étaient alimentés par liaison filaire, mais cela peut représenter un risque de déclenchement et peut s'user avec le temps. Le marché de l'automatisation industrielle a beaucoup à gagner en déployant la recharge sans fil, qui ne nécessite que le renouvellement périodique des batteries des capteurs et élimine les câbles électriques.

Plus d'interviews

[{ "site.code": "be", "general.cookie_message": "Ce site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site.", "general.cookie_learnmore": "Plus d'informations", "general.cookie_dismiss": "Je l'ai!" }]