EU Automation

eot

novembre 11, 2020

6 min de lecture

Électrification des lignes de production automobile pour l'ère des VE
Électrification des lignes de production automobile pour l'ère des VE

L'horloge tourne pour les véhicules à essence et diesel

Il y a une voiture pour cinq personnes sur Terre, mais l'horloge tourne pour les véhicules à essence et diesel, alors que le véhicule électrique (VE) progresse sur le marché. Cela signifie que, selon les estimations, 1,4 milliard de voitures seront bientôt obsolètes, ce qui perturbera de nombreuses industries connexes. Dans cet article, Neil Ballinger, directeur des ventes de la région EMEA chez le spécialiste des pièces obsolètes, EU Automation, évoque les défis imminents auxquels sont confrontés l'industrie automobile et les industries adjacentes.

L'industrie automobile britannique est un atout précieux. En 2019, le secteur a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 82 milliards de livres sterling et a apporté 18,6 milliards de livres sterling de valeur ajoutée à l'économie britannique. Toutefois, si l'on considère la récente promesse du gouvernement britannique d'interdire la vente de véhicules à moteur et hybrides à partir de 2035, il est clair que l'heure des changements spectaculaires dans l'industrie approche à grands pas.

L'industrie automobile doit passer à la production de VE à un rythme de plus de 5 milliards de livres par an si elle veut respecter l'échéance de 2035. C'est un défi de taille, mais un défi que l'industrie automobile a particulièrement les moyens de surmonter.

Le marché des VE est actuellement en pleine mutation, et le sera encore probablement pour quelques années, alors que les multinationales se battent pour la suprématie sur le marché. L'industrie des VE tranche nettement avec les industries automobiles traditionnelles qui ont eu plus d'un siècle pour s'entendre sur des normes et des réglementations.

Cette situation a pour conséquences que chaque fabricant d'équipement d'origine (OEM) pour les VE a ses propres normes développées en interne. Il en résulte que la technologie intégrée à des VE apparemment similaires, comme la VW ID.3 et la Tesla Model 3 par exemple, peut varier de manière significative.

Il existe cependant un dénominateur commun. Alors que les groupes motopropulseurs, les moteurs et les transmissions peuvent varier selon les fabricants et les véhicules, à l'intérieur de la batterie de presque chaque VE moderne se trouve l'humble batterie au lithium-ion (Li-ion).

La puissance, c'est de l'argent

La batterie est actuellement la clé de voûte des VE, et cela ne changera probablement pas tandis que les consommateurs recherchent une longue autonomie, une facilité de chargement et une longue durée de vie. En conséquence, en raison de l'importance et du coût de ces batteries, il est primordial de rendre cette économie circulaire.

Lorsque les batteries des VE atteignent la fin de leur vie utile, elles sont idéalement recyclées. Actuellement, de nombreux équipementiers effectuent le recyclage en interne, en retirant les batteries des VE usagées pour les envoyer dans des parcs de stockage de batteries ou vers d'autres lieux, mais à mesure que le marché se développe, des entreprises et organisations tierces interviendront inévitablement. Dans ce contexte, avec plusieurs batteries dans chaque VE, le recyclage représente une tâche monumentale qui ne fera que s'intensifier.

L'un des principaux points d'étranglement du recyclage des batteries est l'étape de la collecte, dans laquelle les batteries individuelles sont déplacées des grands bacs de transport et de stockage vers le convoyeur à chaînes. Sur une ligne de production, où le produit est uniforme et prévisible, ces étapes de prélèvement sont invariablement effectuées par des robots automatisés. Un système capable de prélever de manière fiable des batteries dispersées, provenant de différents fabricants d'équipement d'origine, de différentes formes et tailles, à partir d'un bac, est une proposition totalement différente.

Les systèmes de prélèvement automatisés modernes, tels que le Fanuc 3D Area Sensor et les robots de manutention, rendent cette tâche possible. Le capteur de surface 3D de Fanuc scanne d'abord le bac d'entrée, puis le gestionnaire de pièces décide de la pièce la plus rapide à prélever ensuite, et les commandes d'actionnement sont communiquées au robot de manutention.

Ces systèmes sont idéaux pour le tri et la manipulation des batteries de VE. La combinaison du capteur et du robot de manutention peut facilement identifier et prélever les batteries endommagées et accidentées dans des conditions de faible éclairage et aussi rapidement que possible.

Le marché des VE étant fortement axé sur les batteries, le marché de l'automobile est condamné à suivre la même voie. La capacité à manipuler rapidement les batteries des VE et les cellules qu'elles contiennent, est la clé d'une ligne de production à haut débit pour les VE.

Ce sera probablement une différence déterminante entre les entreprises à rendement faible et élevé qui réussissent et celles qui échouent car ces 1,4 milliard de voitures à combustion interne sont rapidement remplacées par les VE.

Articles pertinents

[{ "site.code": "be", "general.cookie_message": "Ce site utilise des cookies pour vous assurer d'obtenir la meilleure expérience sur notre site.", "general.cookie_learnmore": "Plus d'informations", "general.cookie_dismiss": "Je l'ai!" }]